• L'areke bet sur le chemin de l'usine textile (février 2006)


    Quatre murs vert pistache, des bacs rouges longeant chaque mur et devant chaque banc, encore un autre banc de la même couleur. Dans un coin une petite télévision dans une boîte en fer blanc. Les convives tapissent les bancs, l'air déjà un peu joyeux et devant chaque convive un petit verre. La tenancière va et vient avec des bouteilles de liquides tantôt clairs, tantôt teints. Elle est souriante en tout moment et remplit chaque ver de nouveau à chaque rasade bue.

    L'areke, distillat de la fermentation d'une céréale, est un alcool fort. Pour le goût divers plantes y sont mélangées et les bouteilles le long de l'étagère sont de miel, coso (il paraît que c'est un déparasitant efficace) ou d'ail...

    Ato Dereje pendant ce temps s'appuie amicalement sur mon épaule ou me tapote la jambe, me prend par le genou, tout en me racontant l'agriculture éthiopienne (il a été agronome avant que de travailler pour la mairie), la cérémonie du café (que nous pourrons voir d'ici peu) et le petit déjeuner qui nous attendra ici même le lendemain matin (un truc de viandard, puisque qu'une coopérative de consommateurs se partagera la viande d'une vache encore à abattre).

    La photo est de Philippe.



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :