•  

    La voila, je l'avais mise il y a quelque temps, et avec horreur je me suis aperçu qu'elle était à l'envers...

    J'ai essayé de modifier le billet problématique sans succès en ce qui concerne l'image, je la republie donc à l'endroit !


    votre commentaire
  •  

    Mon deuxième réflexe (après avoir feuilleté, émerveillé, le livre) ça a été
    de regarder le dernier paragraphe.

    Le voici. Je n'y comprends rien, mes trois années d'arabe à la mairie de
    Paris étant largement insuffisants pour faire lumière sur ce texte (peut-être
    étais-je un cancre ?).

    Ce que j'y reconnais c'est une date : 1279 de l'Hégire. Ma première
    approche, simple a été alors d'ajouter à cette date l'année de l'Hégire : 622.
    La copie du livre aurait donc été terminée en 1901...

    Cependant, le calendrier musulman est lunaire, c'est pourquoi le mois de
    Ramadan circule dans notre année grégorienne. En fouillant sur la toile j'ai
    trouvé ce qu'il fallait pour effectuer une conversion plus exacte.

    La copie a été terminée en 1862.

    En comprenant le texte du colophon nous pourrions sans doute savoir à quelle
    date précise le libre a été copié et quel était le copiste...


    votre commentaire
  • Ces fragments-ci auront pour fil conducteur un livre. Reconstituer son histoire est déjà une invitation au voyage.

    Ce livre appartenait à mon grand-père. Il l'avait sans doute acheté lors de son passage en Algérie dans les années 50. C'était un militaire.

    Je l'ai découvert il y a un peu plus d'un an : un cadeau de mon père. Le livre venait d'être relié à neuf, seule quelques parties de la reliure d'origine avaient pu être conservées tant le temps avait desséché cette vieille peau de chèvre travaillée.

    C'est un manuscrit arabe.

    Il est écrit sur un papier orné d'un motif en filigrane : trois croissants de lunes qui se suivent. Ce papier est parfois connu sous le nom de papier "tri-lune". C'est la marque de certains papiers européens produits en Italie et en France jusqu'au XIXe siècle. C'était une production destinée aux marchés arabes.

    Suivant le filigrane tri-lune deux lettres apparaissent : AC. C'est peut-être la marque de la fabrique d'où est sorti le papier. Je n'ai rien trouvé avec mes maigres moyens en suivant cette piste. C'est pourtant là, dans quelque usine française ou italienne du début du XIXe siècle que ce livre est né, d'abord sous forme de feuilles de papier...


    votre commentaire
  •  

     

    ... depuis plus d'un an déjà parmi mes affaires.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique