• Un arrêt à Granada (2000)

     

     

    Bon, j'ai un mal de crâne carabiné, la pièce dans laquelle
    je travaille en ce moment est remplie d'internationaux babouses, je suis débout
    depuis trois plombes et quelques du mat et en plus mon maudit écran est pété,
    j'écris donc autour d'une tâche noire.

    Aujourd'hui ma mission était d'aller au Costa Rica pour
    renouveler mon Visa. J'ai dépassé les six mois de Visa touriste il me fallait
    donc sortir du territoire pour y re-rentrer. Manip débile et fatigante mais
    elle marche, j'ai passé une heure peut-être au Costa Rica, j'y ai vu les
    uniformes des flics locaux, la couleur de la monnaie, j'ai fait des tours entre
    les divers bureaux.

    Une fois la mission accomplie (j'ai de nouveau trois mois de
    tourisme) je suis venu ici, à Grenade. La Grenade espagnole est une ville que
    j'aime beaucoup, cette Grenade-ci est magnifique. Files de maisons basses au
    larges toits en tuiles, couleurs pastels, parcs, verdure... Le soleil se couche
    et rend les pastels presque électriques.

    Bien sûr, étant probablement la plus belle ville du Nica,
    étant le point de départ vers les îles du Lac Nicaragua c'est un passage obligé
    pour les touristes. Dans cette auberge de jeunesse, dans ce dortoir c'est
    plutôt la jeunesse voyageuse, le dos tatoué, les dreads sur la boule, les
    bijoux en bois et en abondance. Marrant. Je me sens à la fois proche et en dehors
    de cette meute jeune en quête de ...? En tout cas à force de traîner dans ces
    auberges ils ne verront pas grand monde du Nicaragua.

    Ville riche du passage de marchandises du
    Pacifique à l'Atlantique, ville pillée de nombreuses fois par les pirates
    anglais et français, ville rasée par l'aventurier gringo William Walker dans sa
    tentative de rétablir l'esclavage ici au 19ème siècle, ville heureusement
    bien reconstruite depuis...

    Les maisons basses ont de larges toits en tuiles, elles sont
    peintes de couleurs pastels souvent par paire (café, crème ; vert, rouge-
    brique...). Des patios rafraîchissent le centre de chaque maison, les familles
    causent assises au frais sur des rocking-chairs en osier.

    Au coucher du soleil la ville respire le calme et je me dis qu'elle pourrait faire partie de ces
    villes dans lesquelles j'aimerais habiter.





    <script language="JavaScript">

    </script>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :